Superleague ou Charabia

Cela fait quelques jours que tout et le contraire de tout s’est produit, que des hurlements et des miaulements se sont élevés de chaires improvisées, maintenant que le jeu est presque terminé (parce qu’il ne l’est pas encore) il est peut-être possible d’avoir un aperçu plus clair des événements.

Se remplir la bouche du mot sport et du mérite sportif est peut-être trop pour la planète football, qui depuis Blatter et Platini s’est orientée de plus en plus vers le profit et les affaires, permettant à des fonds d’investissement, à des holdings américains, chinois, arabes et russes d’entrer sur la planète football, certains avec l’intention de garantir d’importants retours économiques à leurs actionnaires, d’autres pour conquérir d’importants marchés, d’autres pour chercher des ouvertures politiques, d’autres simplement pour recycler le produit d’une richesse pas vraiment transparente. Il est clair que les mécènes n’existent plus, aujourd’hui on verrait avec compassion des gens comme Viola, Ferlaino, Moratti, Rozzi, Berlusconi lui-même, et bien d’autres, des propriétaires de clubs qui ont investi leur passion dans des clubs pour souvent réaliser leurs ambitions narcissiques mais sans avoir de réels retours économiques.

Dans ce contexte, n’étant plus des passionnés ou des mécènes, mais simplement des structures commerciales, les différentes propriétés ont pour objectif premier les profits, effondrés de façon dramatique en raison de la crise sanitaire et du manque de capacité d’innovation des associations qui se targuent du monopole de l’organisation des événements et qui, comme tous les monopoles, ont profité, usé et abusé de leurs clients (les clubs de football) avec des politiques démagogiques et hypocrites, tendant à attirer la sympathie du consommateur par l’organisation de foires de pays (Nation League, UEFA Cup, Grandfather’s Cup) dans lesquelles il peut y avoir des matchs entre l’Allemagne et Saint-Marin, entre le Real Madrid et l’Apoel Nicosia, qui n’ont rien de spectaculaire, et puisque le football aujourd’hui est avant tout une industrie du spectacle et du divertissement, il est nécessaire d’attirer l’intérêt des utilisateurs finaux par de grands événements qui peuvent être bien organisés par une confindustria du football et non par une coopérative de pays présidée par le châtelain du pays (UEFA). On doit au châtelain de service, ébloui par les pétrodollars, si la prochaine Coupe du monde aura lieu au Qatar en 2022, à la période de Noël (pour éviter les 50 degrés à l’ombre en juin). En outre, on ne voit pas comment, dans une Europe de marché libre, l’organisation d’événements sportifs peut être empêchée par des organismes extérieurs à l’UEFA qui, dans un régime de marché libre, ne peut avoir le monopole du parrainage d’événements sportifs, ni empêcher les clubs d’être des entrepreneurs, conformément aux règles économiques européennes. On ne peut s’empêcher de sourire devant la menace de la FIGC d’exclure des championnats les clubs promoteurs de la super ligue qui, par coïncidence, sont la Juve, le Milan et l’Inter, qui à eux seuls valent 50% de toute la Serie A.

A la fin de l’histoire, je me demande si, dans un monde du football professionnel organisé en société par actions, où la finalité de l’entreprise est économique, et ou 80% des clubs sont surendettés, les clubs de football de Serie A peuvent sérieusement renoncer à l’apport économique en termes de chiffre d’affaires de Milan, de la Juve et de l’Inter, ou si leurs protestations ne ressemblent pas plutôt aux aboiements d’une meute de chiens empêchés d’atteindre un os.

Certaines personnes bien-pensantes objecteront que cela rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, mais elles oublient que nous vivons dans une société capitaliste.

En rugby, la super ligue existe depuis des années (Top 14), de même qu’en basket-ball et aucun hurlement ne s’est jamais élevé vers le ciel. Il est normal que les fédérations nationales et l’UEFA fassent tout ce qu’elles peuvent pour empêcher la naissance d’une nouvelle entreprise concurrente (la super ligue) qui aurait un impact négatif sur leur chiffre d’affaires, mais les entreprises (source : football et finance) qui étaient endettées au 30 juin de l’année dernière, comme l’Inter pour 245 millions, la Juve pour 385 millions, Milan pour 103 millions et la Roma elle-même (hors projet pour le moment) pour 300 millions, ne renonceront pas si facilement à leur initiative, surtout si elle est, comme il semble, source de richesse. Non, le jeu n’est pas terminé, nous allons voir de bonnes choses.

Autore: dauphin72000

Un po' poeta,un po' navigatore, un po' viaggiatore, molto legato alla mia terra e alla sua storia, con uno stato dell'animo che è perennemente presente....la napoletanità.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...