La poesia del Commissario Ricciardi

Non credevo che un libro poliziesco potesse racchiudere in se una delicatezza tale da riuscire ad offuscare la tragedia d’un crimine commesso attraverso i sentimenti comuni all’animo umano. Una continua elegia che passando per il dolore e la sofferenza conduce ai nostri cuori la commozione della disperazione e la speranza del futuro. Anche le elegie di Saffo avevano origine dal dolore dell’animo umano ferito da pene d’amore o dalle passioni non corrisposte , come i crimini compiuti dall’uomo che per Ricciardi son dovuti o all’amore (e quindi gelosia) o alla fame (impossibilità di soddisfare un bisogno primario) con una concezione poetica del delitto che non trova più malauguratamente riscontro ai nostri giorni. Ma era l’epoca, quella di Ricciardi, in cui la vita era poesia, la città era poesia, con i suoi odori, i suoi umori , il suo amore per la vita e la disperazione che provava per i suoi morti che sussurravano a Ricciardi chiedendo giustizia. Mi sembra di averla vissuta quell’epoca, attraverso i mie occhi di quando bambino accompagnavo mia madre a far visita a qualche sua vecchia zia la cui esistenza si era fermata agli anni 30 : la casa con gli alti soffitti, le camere che si aprivano o l’una nell’altra o lungo un corridoio che correva da un lato all’altro della casa, il letto in ferro battuto, gli armadi in noce, i tavoli in castagno, le cassepanche che facevano capolino nelle stanze fredde e riscaldate da un braciere in ghisa pieno di cenere e legna ardente; la cucina con un tavolo ricoperto in marmo bianco da un lato e il blocco per preparare gli alimenti dall’altro, anch’esso in ghisa con delle aperture inferiori per riporre la carbonella incandescente per riscaldare le pietanze, Il ferro da stiro anch’esso a carbonella…..il romanticismo della casa e del calore di un’altra epoca dove ognuno aveva tempo per sognare. C’era una radio come compagna, e la televisione non ci consumava gli occhi imbrogliandoci con i suoi trucchi e e raccontandoci le sue verità spesso contrarie alla realtà , o un buon libro che ti consentiva di passare il tempo con il Commissario Ricciardi, il brigadiere Maione , con il dott. Modo o con te stesso che eri uno di loro non importa chi.. Gli odori della città che ti permettevano ad occhi chiusi di scoprire il quartiere dove passeggiavi e che ineluttabilmente li distinguevano gli uni dagli altri L’odore delle alici appena pescate a Mergellina, quello delle alghe seccata al sole sulla spiaggia a Posillipo , quello della pizza fritta alla Pignasecca e della margherita a Portalba, e man mano che salivi al Vomero un profumo che variava dalla mimosa alla ginestra al gelsomino secondo le stagioni. La poesia della città che si fonde con la poesia della vita che unisce in un unico abbraccio nobili borghesi e lazzaroni facendone un sol corpo: il Corpo di Napoli

LA POÉSIE DU COMMISSAIRE RICCIARDI

Je ne pensais pas qu’un roman policier pouvait contenir en soi une telle délicatesse pour pouvoir occulter la tragédie d’un crime commis par des sentiments communs à l’âme humaine. Une élégie continue qui, en passant par la douleur et la souffrance, fait naître dans nos cœurs l’émotion du désespoir et de l’espoir pour l’avenir. Même les élégies de Sappho ont pour origine la douleur de l’âme humaine blessée par l’amour ou par des passions non réciproques, comme les crimes commis par l’homme, qui pour Ricciardi sont dus soit à l’amour (et donc à la jalousie) soit à la faim (impossibilité de satisfaire un besoin primaire) avec une conception poétique du crime qui ne trouve malheureusement plus de correspondance à notre époque. Mais c’était l’époque de Ricciardi, quand la vie était de la poésie, la ville était de la poésie, avec ses odeurs, ses humeurs, son amour de la vie et le désespoir qu’elle ressentait pour ses morts qui murmuraient à Ricciardi en demandant justice. Il me semble que j’ai vécu cette époque, à travers mes yeux d’enfant lorsque j’accompagnais ma mère pour rendre visite à certaines de ses vieilles tantes dont l’existence s’était arrêtée dans les années 30 : la maison avec ses hauts plafonds, les pièces qui s’ouvraient soit l’une dans l’autre, soit le long d’un couloir qui allait d’un côté à l’autre de la maison, le lit en fer forgé, les armoires en noyer, les tables en châtaignier, les coffres qui s’ouvraient sur les chambres froides et étaient chauffés par un poêle à bois en fonte rempli de cendres et de bois ; la cuisine avec une table recouverte de marbre blanc d’un côté et le bloc pour préparer les aliments de l’autre, également en fonte avec des ouvertures inférieures pour garder le charbon de bois incandescent pour chauffer les plats, le fer aussi aux charbons de bois. …. la romance de la maison et la chaleur d’une autre époque où chacun avait le temps de rêver. Il y avait une radio comme compagnon, et la télévision ne nous consumait pas les yeux en nous trompant avec ses trucs et en nous disant ses vérités souvent contraires à la réalité, ou un bon livre qui vous permettait de passer du temps avec le commissaire Ricciardi, le brigadier Maione, le Dr Modo ou avec vous-même que vous étiez l’un d’entre eux peu importe qui… Les odeurs de la ville qui vous permettaient, les yeux fermés, de découvrir le quartier où vous vous promeniez et qui les distinguaient inévitablement les uns des autres : l’odeur des anchois fraîchement pêchés à Mergellina, l’odeur des algues séchées au soleil sur la plage à Posillipo, l’odeur de la pizza frite à Pignasecca et de la margherita à Portalba, et en montant à Vomero une odeur qui variait du mimosa au genêt en passant par le jasmin selon les saisons. La poésie de la ville qui se mêle à la poésie de la vie qui unit dans une même étreinte la noble bourgeoisie et les lazzaroni en un seul corps : le Corps de Naples.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Autore: dauphin72000

Un po' poeta,un po' navigatore, un po' viaggiatore, molto legato alla mia terra e alla sua storia, con uno stato dell'animo che è perennemente presente....la napoletanità.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...