L’Ile qui n’est pas là

Pasquale et Paolo au moment du voyage vers l’île qui n’est pas là


Une fois, quand j’étais plus jeune, je pensais qu’il fallait toujours regarder en avant et ne jamais regarder en arrière, aujourd’hui que je suis différemment jeune, je suis convaincu que pour progresser, il ne faut jamais perdre de vue le passé, les expériences et les faits vécus; ce n’est qu’ainsi que nous pourrons être sûr de la route qui reste à parcourir qui, bien que la longueur et la distance, les difficultés, les aspérités et les insécurités atténuées par la connaissance d’un chemin, jalousement gardé par notre subconscient, qui nous aide encore en quelque sorte.

Et au cours d’un de ces exercices de nostalgie spirituelle, je suis revenu, traversant l’espace-temps qui s’est soudainement ouvert devant moi, au milieu des années 80, lorsqu’un jeune commissaire à bord du navire de la marine italienne, l’amiral Magnaghi, avec le jeune lieutenant de Vaisseau, excellent hydrographe et scientifique, Paolo Giannetti, plus connu sous le nom de commandant Bitta, ont plongè dans une recherche réelle et non fictive de l’île qui n’est pas là; oui, l’île qui n’est pas celle du capitaine Hook et de Peter Pan, celle d’Eduardo Bennato, ou même de Tommaso Moro qui a dècrit une île, appelée Utopia , qui n’aurait jamais existé.

Pasquale, m’a dit Paolo, aujourd’hui je t’emmène dans un lieu extraordinaire, Je l’ai regardé avec méfiance car normalement les “officiers des vaisseaux hypertendus” (comme j’aimais à les appeler ) avaient coutume de se moquer des commissaires et normalement, quand j’étais libre de mes fonctions de commissaire, et pendant la navigation, cela se produisait souvent, ils m’ont demandé les choses les plus étranges, comme déposer une batterie de 20 kg, portèe sur mes épaules, au phare de la Madone sur l’île de Ponza, après avoir franchi 300 marches; ou m’abandonner de garde sous le soleil et en maillot de bain, à une station géo sur l’île inhabitée de Zannone de midi à minuit ou récupèrer un système radio dans le ressac du rocher de la Botte, entre Ponza et Palmarola à 10 mètres de profondeur . Mais cette fois, le bon commandant Bitta ne s’est pas moqué de moi, et après Etre arrivé à environ 20 milles au sud de Sciacca, l’ancre bien amarrèe, nous avons mis un bateau hydrographique par-dessus bord qui a immédiatement révélé une profondeur d’environ 8 mètres, là où au lieu de cela le bathymétrique prècisait 200 mètres. La mer était bleue comme seule la mer de Sicile, transparente aux reflets des rayons du soleil sur les rochers marins, et la scénographie etait complétée par la faune et la flore marines, les posidonies, les dorades, les guarracinis, les rougets, un paradis inattendu pour les amoureux de la mer.

Ici Pasquale, dit Paolo, c’est l’île qui n’existe pas et qui existe vraiment. Nous étions sur l’île de Ferdinandea qui a été vue émergeant de la mer le 7 juillet 1831, par F. Trefiletti, commandant de Gustavo, au milieu d’explosions de cendres et de lapilli.

Ainsi naquit l’île Ferdinandea, ainsi appelée plus tard, un volcan sous-marin entièrement italien. La phase initiale a été extrêmement explosive, elle pouvait également être bien vue des côtes siciliennes, puis lorsque l’île a commencé à se développer et que le magma s’est isolé de la mer, les explosions ont pris fin et l’éruption a pris des connotations plus pacifiques. En quelques semaines, la nouvelle île a atteint 65 mètres de hauteur et sa surface a atteint 4 kilomètres carrés, une surface très similaire à celle de l’île actuelle de Procida dans le golfe de Naples. L’éruption a pris fin le 20 août 1831.

À partir de ce moment, une histoire complètement différente commence, l’île a en effet suscité l’intérêt de certaines puissances européennes étrangères, qui en Méditerranée recherchaient des points stratégiques pour le débarquement de leurs flottes, marchandes et militaires. Le 24 août, le capitaine Jenhouse est arrivé sur les lieux, qui y a planté le drapeau britannique, appelant l’île «Graham». Le 26 septembre, la France, pour contrer l’action britannique, envoie la brigantine La Flèche qui la rebaptise “Iulia”. Le roi Ferdinand II, constatant l’intérêt international que l’île avait suscité, envoya la corvette Etna sous le commandement du capitaine Corrao qui, étant descendu sur l’île, planta le drapeau Bourbon baptisant l’île “Ferdinandea”. Mais à qui appartenait vraiment ce petit bout de terre né à quelques kilomètres de la côte sicilienne?

La targa sottomarina a perenne ricordo dell'Isola
La targa sottomarina a perenne ricordo dell’Isola

Ironie du genre alors que les prétendants se disputaient encore à propos de l’os trouvé, alors qu’il était sorti de la mer, l’île commença donc à couler jusqu’au 8 décembre complètement disparue sous la surface. Plus tard en 1846 et 1863, l’îlot réapparut à la surface, puis disparut de nouveau. Avec le tremblement de terre au Belice, les eaux entourant le banc Graham étaient devenues nuageuses et bouillonnantes, ce qui a été interprété comme un signal probable que l’île de Ferdinandea allait refaire surface. Ce ne fut pas le cas.

Pour éviter les malentendus, les Siciliens ont placé une plaque de pierre à la surface de la rive sous-marine, sur laquelle nous pouvons lire : «Cette bande de terre est l’île de Ferdinandea et appartiendra toujours du peuple sicilien » .

Autore: dauphin72000

Un po' poeta,un po' navigatore, un po' viaggiatore, molto legato alla mia terra e alla sua storia, con uno stato dell'animo che è perennemente presente....la napoletanità.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...