La Bretagne, le coffre-fort des Celtes, terre des navigateurs et berceau de l’histoire.

Les Celtes, peuple d’une vaste région située entre le Rhin supérieur et les sources du Danube, ont envahi la majeure partie du territoire européen avec leurs tribus, pénétrant les îles britanniques, la France, l’Espagne et le nord de l’Italie, poussant avec un leurs tribus “les Pentri” jusqu’à la région de Sannio où ils sont devenus une partie du peuple samnite, représentant leur lignée guerrière, avec les trois autres tribus (Irpini, Carricini et Caudini) de la lignée italienne.
Mais ici nous n’entrerons pas dans l’histoire des Pentri arrivés dans le sud de l’Italie ou dans celle des Vénitiens d’Armorique mais nous parlerons de la Bretagne, comprise comme la dernière frontière de ce peuple dont la civilisation a été écrasée par l’arrivée des Romains du Sud et celle des tribus germaniques du Nord et qui se situe entre le Finistère, les Cornouailles, le Pays de Galles et l’Irlande, où leur langue est encore parlée et où les anciennes légendes de la tradition orale entre Brocèlandia, Merlino et le mythique Avalon prennent vie, mais nous en reparlerons dans un prochain article.
Dans le présent j’aime présenter ce qu’est la Bretagne aujourd’hui, ses forêts, ses lacs et ses plages qui apparaissent et disparaissent pour une magie faite par la lune quand elle décide d’abaisser ou d’élever le niveau d’eau du Dieu de l’Océan: une merveille surtout pour une Méditerranée, comme ils le sont, peu habituée à la majesté des grandes marées; quel spectacle, vous apportez comme des îles d’eau entre des étendues de sable et le concept d’une île qui se transforme: pas une terre émergée mais une dépression qui entoure une montagne d’eau. Ainsi apparaissent les ports bretons à marée basse, qui emprisonnent la mer entre barrages et barrières, évitant leur fuite pour permettre aux bateaux discontinus de flotter sans tomber d’un côté comme cela se passe plutôt dans les petites baies protégées de la zone où les nombreux trouvent refuge. marins locaux ou marins qui vivent et respectent la mer.

Les Celtes, peuple d’une vaste région située entre le Rhin supérieur et les sources du Danube, ont envahi la majeure partie du territoire européen avec leurs tribus, pénétrant les îles britanniques, la France, l’Espagne et le nord de l’Italie, poussant avec un leurs tribus “les Pentri” jusqu’à la région de Sannio où ils sont devenus une partie du peuple samnite, représentant leur lignée guerrière, avec les trois autres tribus (Irpini, Carricini et Caudini) de la lignée italienne.
Mais ici nous n’entrerons pas dans l’histoire des Pentri arrivés dans le sud de l’Italie ou dans celle des Vénitiens d’Armorique mais nous parlerons de la Bretagne, comprise comme la dernière frontière de ce peuple dont la civilisation a été écrasée par l’arrivée des Romains du Sud et celle des tribus germaniques du Nord et qui se situe entre le Finistère, les Cornouailles, le Pays de Galles et l’Irlande, où leur langue est encore parlée et où les anciennes légendes de la tradition orale entre Brocèlandia, Merlino et le mythique Avalon prennent vie, mais nous en reparlerons dans un prochain article.
Dans le présent j’aime présenter ce qu’est la Bretagne aujourd’hui, ses forêts, ses lacs et ses plages qui apparaissent et disparaissent pour une magie faite par la lune quand elle décide d’abaisser ou d’élever le niveau d’eau du Dieu de l’Océan: une merveille surtout pour une Méditerranée, comme ils le sont, peu habituée à la majesté des grandes marées; quel spectacle, vous apportez comme des îles d’eau entre des étendues de sable et le concept d’une île qui se transforme: pas une terre émergée mais une dépression qui entoure une montagne d’eau. Ainsi apparaissent les ports bretons à marée basse, qui emprisonnent la mer entre barrages et barrières, évitant leur fuite pour permettre aux bateaux discontinus de flotter sans tomber d’un côté comme cela se passe plutôt dans les petites baies protégées de la zone où les nombreux trouvent refuge. marins locaux ou marins qui vivent et respectent la mer.

les événements bretons ont déjà leur origine au néolithique et à l’âge du bronze et qui, en raison de l’origine mystérieuse de ses traditions, se fondent dans la légende qui escalade laborieusement les chemins de l’histoire; la pierre entoure les dolmens, les menhirs sont l’histoire de ce peuple mais aussi celle de peuples à des milliers de kilomètres et entourés par la mer, les tombas de Janas et les mégalithes de Sardaigne; et la légende raconte que des peuples d’origine indo-européenne et de structure plus importante que les Sardes de l’époque moderne, au moment des grandes glaciations, ont réussi à passer de l’Italie à la Sardaigne en profitant des terres émergées entre la Toscane, la Corse et la Sardaigne, plaçant le fondements de la civilisation nuragique qui, nous dit l’histoire, a été anéantie par les invasions des petits et féroces Phéniciens vers 500 av.

Cercle mégalithique en Bretagne près de Karnak

Cercle de stonhenge en pierre mégalithique

Mini transat avant la transat solo

megalithis de Sardeigne

Douernenez mini transat
La Bretagne vit aujourd’hui dans le souvenir de ses traditions et de l’actualité de ses activités quotidiennes inextricablement liées à la mer. En plus d’être une terre de mystères, elle a toujours été une terre de magiciens et de corsaires qui ont trouvé refuge dans les eaux perfides de la Bretagne qui, en raison de la force des vents et des courants, rendent la navigation difficile pour les étrangers. Terre de marins qui défient seuls les vagues et les vents de l’océan. A Douernenez, dans le Finistère, la transat prend son origine, une régate en solitaire avec de minuscules bateaux de 6,50 mètres. 0 l’itinéraire du RUHM qui arrive en Guadeloupe depuis San Malò.

Entrée de la cathédrale de Quimper

La tradition de Vanne

Coucher de soleil à Concarneau

France, Finistère (29) Concarneau, la ville close Ville d’Art et d’Histoire, au coucher du soleil
Une balade en Bretagne en vaut vraiment la peine, et se promener dans ses bois ou le long des plages on pourrait imaginer être Merlin, Lancilot, Le Corsair Surcouf, un marin solitaire qui traverse l’océan ou bien plus simplement un rêveur impardonnable.

Partagez ceci:
PubblicaloTwitterFacebookStampaLinkedInWhatsApp
Personnaliser les boutons

la vengeance de la nature (dont l’homme fait partie)
Le danger du populisme
L’INDISCRET

Auteur: dauphin72000
Un petit poète, un petit navigateur, un petit voyageur, très lié à ma terre et à son histoire, avec un état d’esprit perpétuellement présent… La napolitaine. Lire tous les articles de dauphin72000

Autoredauphin72000
Écrit le 28 juillet 2020
CatégorieNon classé
Changement “La Bretagne, le coffre-fort des Celtes, terre des navigateurs et berceau de l’histoire”
Répondre
Écrivez ici votre commentaire …
Parcourir les articles
LE PRÉCÉDENT
Article précédent: Moioli, manager de l’équipe Atalanta, contre un fan napolitain: Terrone del c …
RECHERCHE DANS LE BLOG
Rechercher:
Rechercher …
RECHERCHER
Le blog indiscret sur WordPress.com.
Invia commenti
Cronologia
Salvate
Community

Autore: dauphin72000

Un po' poeta,un po' navigatore, un po' viaggiatore, molto legato alla mia terra e alla sua storia, con uno stato dell'animo che è perennemente presente....la napoletanità.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...